• L'histoire de ma vie

     

    L'histoire de ma vie

  • destruction de la cité

    destruction de la cité

    Sur les 25 maisons de la cité tout a été détruit il ne reste qu'un tas de pierre heureusement que certains ne sont plus de ce monde  ils auraient été triste de voir leurs maisons détruitent  ici nous avons eu une enfance très heureuse  avec nos parents  et nos ami(es)

    destruction de la cité

    destruction de la cité

    destruction de la cité

    voilà ce qu'il reste de nos maisons  un  désert  après le passage du bulldozer

    destruction de la cité

    Le panneau qui indique la cité du réart  jamais je ne vais oublier là où j'ai vécue .


    10 commentaires
  • tout à été détruit

    voilà   la maison de mes parents  ils sont venu à 5 heures du matin et ils ont détruit en une fraction de seconde  ce que nos parents ont construit  toute une vie   .

    tout à été détruit

    voilà ce qu'il reste de la maison de mes parents un tas de pierre  en voyant cela j'en ai pleurer  heureusement que mardi j'ai fait les dernières photos avant la destruction

    tout à été détruit

    en face c'est les maisons de nos voisins

    tout à été détruit

    plein de désaroi pour nos enfants et petits enfants ici le regard parle pour eux troisième déchirement de génération en génération mais jusqu'à quand ils ont voulu nous détruire nous éffacer comme si nous n'avions jamais exister c'est le remerciement de la France  une honte pourtant nos parents ont verser leur sang pour la  France ils nous ont pris ce qu'on avait de plus cher ils ont tous détruit mais ils ne détruiront pas nos pensées.

    tout à été détruit


    4 commentaires
  • les photos du camp joffre

    L'ENTREE DU CAMP JOFFRE

    les photos du camp joffre

    LES BARAQUES OU NOUS AVONS VECUES

    les photos du camp joffre

    les photos du camp joffre

    les photos du camp joffre

    LES PHOTOS QUE J'AI PRISE AU COURT DE MA PROMENADE VOILA LES RUINES OU NOUS AVONS VECUES  COMME DES PRISONNIERS  TOUT CELA ENTOURER DES BARBELES  EN CE MOMENT TOUT EST ENVAHIT DE RONCES  IL Y A MÊME DU THYM QUI Y POUSSENT 


    6 commentaires
  • une suite

    C'est la maison de mes parents ils y ont habiter depuis l'année 1977 après être venue de la région de l'Hérault là habitaient 20 familles de Harkis maintenant  les maisons sont toutes abandonner même le laurier rose que ma mère avait planter à pris de la hauteur .

    une suite

    Celle - ci c'est la maison du voisin vous voyez  que tout  est à l'abandon .

    une suite

    une suite

    une suite

    Comme ont le vois les maisons sont abandonner pourtant nous y avons vécues  heureux 

    une suite

    Même les fleurs sauvage en envahit les trottoirs parfois je viens m'y promener c'est moi qui est pris les photos car bientôt cela va être détruit  le 16 octobre 2015 aura lieu l'inauguration du Mémorial du Camp Joffre  lieu de passage des  Juifs , des Réfugiés Espagnoles , Des Tziganes et les Harkis ce n'est pas avec cela que nous allons oublier d'où l'on viens car c'est graver dans nos mémoires et c'est là qu'est notre souffrance  nos parents ont combattus pour le Drapeau Français et ils n'ont eu aucune reconnaissance  ils sont morts sans jamais retourner en Algérie et ils n'ont jamais trahis la France qui les a accueillies  quand nous sommes arrivées nous n'avions ni les soins , ni les logements  , ni l'argent et ni la nourriture  mais les migrants qui n'ont rien fait pour la France eux ont droit à tout ça  est ce que vous trouvez cela normal ?  Escusez moi si j'ai fait des fautes .


    16 commentaires
  • honneurs et commémorations

    Recemment quatre stèles ont été inaugurées pour commémorer les heures sombres de l'histoire du Camp Joffre la première est dédiée aux juifs internés à Rivesaltes et plus précisément à ceux qui en sont morts, qu'ils aient été déporté ou qu'ils soient morts sur place des milliers de juifs étrangers qui s'étaient réfugiés en France furent arrêtés et internés en 1940 à octobre 1942 , plus de 2250 d'entre eux , dont  110 enfants , furent livrés aux nazis en zone occupée par l'Autorité de fait  ,dite '' gouvernement de l'Etat Français '' déportés dans le  Camp d'Extermination  d'Auschwitz , presque tous y furent assassinés parce qu'ils étaient nés juifs . N'oublions jamais ces victimes de la  Haine Raciale et Xénophobe .

    honneurs et commémorations

    La seconde  Stèle  est dédiée  aux  Républicains Espagnoles In Mémorian . ici ont étés internés , des enfants  , des femmes  , des hommes  civils et militaires lors de la '' Retirada Espagnole de  février 1939 .  L'AACVGRE '' Vivez , la Vie continue , les Morts meurent et les ombres passent  , emporte  qui laisse et vit qui à vécut '' ANTONIO MACHADO  , poète Républicain Espagnol (1875-1939)

    honneurs et commémorations

    La troisième elle est consacrée à la Mémoire des  Harkis  internés à Rivesaltes

    Honneur Aux Harkis.

    25 septembre 2001 journée d'Hommage National aux Harkis la République Française témoigne  sa reconnaissance envers les Rapatriés anciens membres des formations supplétives  et assimilés ou Victimes de la captivité en Algérie pour les sacrifices qu'ils ont consentis Loi du  11 juin 1994   . ART.1er : La Stèle Rendant Hommage  aux Harkis , elle est accompagnée d'une plaque plus modeste dont le texte  est le suivant : Stèle Commémorative à la Mémoire des Soldats Réguliers et Supplétifs Issus De l'Armée D'Afrique  en Hommage  à la Communauté Harkie , qui fidèle au drapeau et aux valeurs de la République  S'Honore de tous ses Combattants mort pour la France  au cours  des différents conflits  qu'elle  a connus en souvenir de ceux qui de 1962 à 1972 ont vécu  en ce Camp et qui par loyalisme ont consenti tant de Sacrifices à Rivesaltes le 2 décembre 1995.

    honneurs et commémorations

    Enfin la quatrième  Stèle : Est en mémoire des Tziganes 

    Toi qui ne connais ni frontières  ni chaînes 

    Toi dont la  liberté  coule dans les veines

    La folie des Hommes ...La folie Hitlérienne

    Ici t'ont enfermé aux portes de la Haine

    Toi  qui passe , prie  , que cela jamais ne revienne 

    Dis le ... Crie - le  au monde , afin qu'il s'en  souvienne.

    Ce texte est suivie de 2 larmes découpées dans le métal .

    Suivies de ces mots ''Ces larmes d'acier sont des larmes de sang''

    Souffrance des Tziganes  , Roms et Gitans ''   "14 janvier 2009"

    honneurs et commémorations


    2 commentaires
  • sur cette  terre  , derrière ce mur une souffrance  celle de mon histoire  , née fille de harki et qui cinquante  neuf ans plus tard ne peut oublier les fragments d'une enfance  vécue dans l'isolement  du camp situé à une dizaine  de kilomètres de Perpignan après avoir vécue au larzac   et à truscas dans la région de l'hérault  car nous étions  toujours entrain de déménager  je me souviens de la terre rouge et aride  de l'odeur du thym  , des cailloux et des toilettes communes   c'étais un vrai camp de concentration  je n'ai pas besoin d'y retourner pour savoir d'où je viens  mais chaque fois que j'y pense  surtout pour mes parents    qui y sont restés de 1962 à 1977 quelques dates marquent  l'histoire de ce lieu singulier  1938 ouverture du camp militaire Joffre 1941 : alors qu'il est situé en zone dite "libre" vichy récupère les barbelés de ce camp pour y enfermer  " des étrangers indisérables " sort des réfugiés espagnoles  après l'écrasement de la république , des juifs et des tziganes 18.000 internés : au total  1942 : les îlots F et K deviennent un camp de rassemblement  pour des juifs ayant éspéré  trouver refuge en france  et enfermés  là par  Vichy avant leur envoi à Auschwitz  1944 . Des prisonniers de guerres des forces  de l'axe succèdent aux persécutés raciaux et aux  politiques  de 1962 à 1970  : des Harkis y  sont placés par une  France  ayant cessé la colonisation  de l'Algérie .  Le camp de Rivesaltes  fait partie du domaine  militaire mis  à la disposition  du ministre  de l'intérieur outre son usage  militaire  il a été utilisé  pour l'internement de populations durant la seconde  guerre mondiale (espagnoles , juifs , tziganes  à Rivesaltes  par exemple ) soit pour  l'assignation  à résidence durant la guerre d'indépendance Algérienne  . Face  aux  réticences  préalables  du ministère  des Armées à prêter  une partie  de son domaine militaire  au secrétariat  aux  Rapatriés   , les mesures d'urgences ne sont pas  prises dans l'immédiat  pour accueillir  ces milliers de réfugiés  , ainsi , les unités du génie  qui devaient préparer le Camp de Rivesaltes  et surtout la construction de baraquements n'y sont  envoyées qu'après la fin de leurs  manoeuvres  soit le 15 octobre  bien après les premières arrivées . C'est aussi sous les tentes que les familles  doivent  affronter l'hiver et les bourrasques de la tramontane le 15 octobre 1962 .

     

     je termine ici ma petite histoire  mais j'aimerai  dire ceci à mes amies si certaines sont raciste je suis  d'origine algérienne   mariée à un  Français  mais  je suis fille de Harki ce qui veut dire que mon père c'est battu du côté de la  France  et il étais fière de son pays la France  et il est mort pour la France  voilà   mes amies   c'étais une suite de mon histoire 


    7 commentaires
  •  un peu de moi

    je vais vous raconter mon histoire et celle de ma familles et  d'autres familles  si vous n'aimez pas  e me lisez pas .

    là commence mon histoire.

    l'après midi tirait à sa fin lorsque les camions s'arrêtèrent  dans le camp du Larzac , des tentes s'étendaient à perte de vue sur une plaine aride la démesure de ce lieu était en phase avec l'absurdité de notre histoire le paysage semblait désertique le ciel étais gris et très bas  ils y avaient pleins d'arbres autour ,des centaines d'hommes déjà installés dans le camp se précipitèrent pour voir les nouveaux arrivants chacun espérait  retrouver un des siens ils avaient le dos courbé par le froid particulièrement rude cet hiver là et certainement  aussi par le poids de leur coeur démesurément grossi . Un militaire nous indiqua la tente qui nous avait été attribuée  c'étaient des grandes tentes notre famille comptait cinq personnes , mes parents  , mes deux frères jumeaux et moi à peine âgée de 6 ans  ma mère était enceinte de 8 mois , ma petite soeur est née le 28 juillet 1962 sous une tente c'est un militaire infirmier qui à aider ma mère à accoucher ce jour là je me souviens il pleuvait très fort   nous avons aussi passer l'hiver sous les tentes avant la tombée complète de la nuit  , nous primes à la lueur d'une bougie notre repas français composé de pain et une boite de corneed-beef  apporté par un militaire . Nous n'avons pas d'électricité , pas de chauffage et pas de lits pour tous la première nuit de notre éxil nous avions dormi sur des ballots de pailles avec une couverture  militaire toute rêche à même le sol serrés les uns contre les autres pour ne pas mourir de froid , un vent glacial soufflait persista toute la nuit et les jours suivants car nous avons passer l'hiver sous les tentes je me souviens de notre arrivée avec le bateau j'étais petite , je ne comprenais pas pourquoi nous quittions notre pays  l'Algérie . Arrivée en France on vivait isolée de la population française ils vivaient dans leurpropre communauté , à l'écart d'un village ont avait pas de voiture à l'école ont étaient  objets de moqueries et de discriminations . C'est dans une nouvelle région dans le sud de la france que j'ai compris que j'étais différente des autres enfants de mon âge . A l'école on nous traitait différemment  nous étions obligés de nous asseoir au fond de la classe , aux tables qui nous étaient réservées alors que les petits français étaient assis près de l'enseignant , les punitions étaient plus sévères pour les enfants de Harkis que pour les autres . Les musulmans d'origine Algérienne qui ont servi dans l' Armée Française  ou dans les forces de l'ordre pendant la guerre d'Algérie (1954-1962) ont été appelés " Les Harkis" par les français . Je suis fille de Harki mon père est d'origine  Algérienne avait quitté son pays natal en 1962 peu de temps après la fin de la guerre d'Algérie . A ce moment là il avait décidé d'oublier complètement son pays natal l'Algérie les gens disaient que les Harkis ont trahis leur pays leur patrie comme tous les autres Harkis en venant en France  j'ai compris que c'est un lourd et douloureux passé mon père travaille comme ouvrier forestier comme bien d'autres Harkis il ne voulait rien avoir à faire avec l'Algérie son pays natal il disait qu'il ne voulait jamais y retourner il a toujours rejeté l'Algérie pour se sentir à l'aise pour se conformer à son propre choix il disait toujours à nous ses enfants "si queklqu'un vous demande d'où vous venez il faut répondre que vous êtes Français " le soir quand ma mère préparait le repas elle pleurait je lui demandait "qu'est ce qu'il y a yéma (maman) elle me répond " ma fille , c'est une histoire trop longue pour être racontée " . Nous ressentions tous ce malaise et cette angoisse dans notre famille . C'était troublant d'observer que les traumatismes et les peursde nos parents avaient été transférés  sur le seconde génération parce que nous n'en parlions pas ni ne les analysons . A l'adolesence j'ai commencé à me sentir mal à l'aise j'étais une écolière qui voulait toujours accomplir d'excellentes performances souvent j'étais parmi les meilleurs de la classe  , mes parents ne savaient ni lire  , ni écrire . Adolescente j'ai commencé à sentir qu'il y avait un grand vide en moi j'ai senti aussi de la colère  et je me posais pleins de questions pourquoi ? pourquoi les gens nous traitent d'une façon différente ? pourquoi la vie est - elle si difficile ? Je me suis aussi demandé qui suis-je  ?d 'où je viens ? qui sont mes parents ? qu'est ce qui c'est passé ? Alors j'ai commencé à m'informer et à poser des questions à mes parents ils ont peu à peu commencer à parler j'avais 13 ans quand mon père a commencer à me raconter ce qui est arrivé à sa famille en Algérie alors la tragédie de la famille a commencer à se réveiller j'ai besion de parler pour mes parents et certains  Harkis qui n'ont pas eu cette possibilité leur chagrin a été si grand qu'il les a empêché d'exprimer leurs pensées. C'est  notre devoir  , nous les enfants des Harkis de rompre  le silence  qui a duré plus de 5 ans de ne pas avoir respecté les termes du contrat et d'avoir menti d'avoir fermé les yeux pendant qu'ils étaient massacrés avec leur famille  et d'avoir ordonné à l'armée  encore présente de ne pas intervenir pour leur porter secours d'avoir exclus pendant de longues années les rescapés qui ont pu gagner la métropole grace à la désobéissance  de femmes et d'hommes  courageux  de les avoir  maintenu sous une chape de silence en niant leur existance  , leur histoire et leur mémoire pendant de trop nombreuses  années . Ce n'est pas la reconnaissance de la dette de la france envers les Harkis , qui était attendue mais la concrétisation du si je suis élu , je veux reconnaitre officiellement la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des Harkis et d'autres milliers de " Musulmans Français" qui lui avaient fait confiance  afin que l'oubli ne les assassine pas une nouvelle fois  . Les mots ne suffisent  plus  c'est d'actes concrets que les Harkis ont besoin . Je n'oublie  jamais d'où je viens  je suis heureuse et fière d'être fille de Harki ce serait nier le sacrifice de mon père c'est grace à son dévouement et son courage que nous sommes en vie . Mes parents  ont tellement voulu ne pas faire de vagues qu'ils ont oublié de vivre le sentiment d'infériorité qu'ont vécus les Harkis  ont naît  avec ça  , ont grandit avec et c'est dur de s'en défaire  .

     

    Voilà mes amies  mon histoire  ^car jamais ne ne vais oublier d'où je viens .

    votre amie béa


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique